Vous êtes-vous déjà demandé « D’où proviennent mes vêtements et qui les a fabriqués ? » C’est une question que nous devrions tous nous poser afin de consommer plus en conscience.
Le monde de la mode nous impose un rythme de dépenses régulier avec ses collections saisonnières, ses nouvelles coupes, ses nouvelles tendances, ses couleurs et matières bien définies selon la saison, le sentiment d’appartenance à un groupe, la ressemblance à ses stars préférées etc…

Nous ne sommes plus vraiment maitres de nos choix, nous suivons parfois aveuglément les règles de ce milieu sans même nous en rendre compte.

Lorsque nous achetons un vêtement neuf, posons-nous ces quelques questions :

• Quel est le parcours de ce vêtement, de sa conception à sa fabrication ?
• Qu’a-t-il reçu comme procédés chimiques ?
• Dans quelles mains a-t-il circulé ? Les mains d’un enfant ? Les mains d’une mère séparée de ses enfants car elle ne trouve du travail qu’en ville ? Les mains de personnes blessées physiquement ou malmenées psychologiquement ?
• Ses conditions de transport ?
• Sa durée de vie ?

Dans le documentaire the true cost, que j’ai visionné lors des slow design & fashion days à Genève en octobre dernier, le témoignage d’une ouvrière m’a marqué : «je ne veux pas que les gens s’habillent avec notre sang».

Nous sommes en 2016, comment pouvons-nous continuer tranquillement nos vies alors que nous exploitons intentionnellement d’autres pays dit en voie de développement, ils ne risquent pas de se développer correctement si nous ne les respectons pas, les polluons et maltraitons leurs habitants.
Certaines entreprises ont déjà mis en place des échanges équitables et respectueux de l’Homme et de l’environnement, c’est donc possible.
Acceptons de payer un peu plus cher un vêtement fabriqué dans de bonnes conditions.

Seriez-vous prêt à le faire pour la planète mais aussi pour vous-même ?

L’argent est aussi une énergie, faisons-en sorte que celle-ci soit positive et circule dans le plus de mains. Les prix sont continuellement cassés car nous exigeons toujours des prix plus bas mais au détriment de qui ?
L’idée pour la plupart des gens est que la mode éthique est plus chère. Effectivement c’est le cas, puisque des investissements sont réalisés pour la sécurité des travailleurs, de leurs droits, l’évacuation des déchets, des conditions de travail décentes, les matières biologiques utilisées, c’est un investissement durable et cela a un coût.
Lorsque vous achetez des vêtements de marques, leur prix est élevé également, dans quoi pensez-vous que la plus-value est investie ? La plupart du temps des marques différentes produisent dans les mêmes usines et pourtant le prix final est souvent très variable.

D’un point de vue énergétique, nous récoltons forcément les effets négatifs d’une fabrication de textile non consciente de l’environnement et de l’humain, basée uniquement sur le profit. Nous ne pouvons pas fermer les yeux et ne pas nous sentir concernés simplement parce-que nous ne savons pas ce qu’il se passe ou que nous ne voulons pas le savoir.

Les personnes qui s’intéressent à l’alimentation biologique ou vivante sont conscientes que ce que nous ingérons influence notre taux vibratoire.
Les personnes vegan ne portent pas de vêtements en laine ou des chaussures en cuir car elles sont conscientes de la souffrance animale.

Qu’en est-il des vêtements que nous portons tous les jours, à même notre peau, fabriqués dans des conditions parfois inadmissibles ?!
Nous pouvons parler de l’effet papillon, sauf que dans ce cas ce n’est pas d’un simple battement d’ailes dont il s’agit mais de vies humaines, je vous laisse imaginer les conséquences de telles actions à l’autre bout du monde et à court terme…

Ne cédons pas au dictat de la mode, créons notre propre mode. Toutes les conditions sont mises en place pour que nous dépensions, jetions et rachetions le plus rapidement possible, c’est un cercle vicieux.

REVEILLONS-NOUS.

 

NM-IMG-3.2

Agissons tout d’abord sur la demande :
• Regardez les étiquettes, faites des recherches sur internet sur les différentes marques, celles que vous aimez et de nouvelles, certaines sont de plus en plus transparentes, privilégiez-les.

• Inspirez-vous de la mode en mettant votre touche personnelle. Habillez-vous pour vous-même, il est essentiel de se sentir bien dans ses vêtements.

• Favorisez des achats REFLECHIS et NON IMPULSIFS qui finiront probablement au placard et jamais portés (je sais ce que c’est)

Vous avez le moral en bas ? faites une méditation, rendez visite à une amie, faites une balade à vélo, allez au parc ou au cinéma avec vos enfants, trouvez un livre sympa à lire ou respirez le grand air mais si vous le pouvez, évitez de courir dans les boutiques !?

Je ne vous dis pas cela pour vous culpabiliser, le changement ne se fait pas en un jour, cela prend du temps de changer nos habitudes. Je ne vous dis pas non plus qu’il ne faut jamais se faire plaisir, la frustration est une émotion vraiment basse en vibration, cependant si vous prenez le temps de sélectionner vos achats et de dépenser en conscience, vous vous ferez plaisir sur le long terme et vous ferez un geste pour la planète.

Si nous modifions notre demande alors une autre offre se présentera à nous, et de plus en plus grande, un autre mode de fabrication se développera, nous avons du pouvoir puisque nous sommes les consommateurs finaux.

 

Dans un monde ou le courant est de plus en plus rapide, mettons-nous sur la berge et allons à notre rythme, nous éviterons probablement une chute fatale et inévitable.

CREONS LE MONDE TEL QUE NOUS LE VOULONS.

Comme disait Gandhi « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »

 

L’action en conscience, la conscience dans l’action.

 

Si vous souhaitez partager cet article, merci de mentionner la source originale et de ne faire aucune modification.
Copyright ©Noumenia. Crédit photographique: Source Pixabay, domaine public.
Lifestyle